Histoire de Cybertown >> Datacenter

[Expe] la mine

créé par Ordrell le 05 juin 2020 à 19:44.


Ordrell
Survivaliste
date: 04 junar 2456.

Exploration des galeries de mines, depuis un accès au fond du trou d'effondrement près de la gare de la mine.

plan:



Présents: Ord-rell, Nayyko, Vilmar, Azraelle

Descriptif:

L'ensemble des galeries est fait de roches fragiles, fissuré d'un peu partout, parfois avec des fissures plus importantes, laissant une impression peu sécurisante.
Les vieux étayage en bois sont vermoulus et ne servent plus à grand chose.
5 étaies ont été installé par nos soins aux endroits les plus urgent mais il en faudra d'autres.

La galerie au niveau du trou commence par un couloir principal avec un reste de chemin de fer Decauville au centre, sur une pente légèrement descendante (photo A).
Au bout d'une quinzaine de mètres, un embranchement à droite débouche sur une galerie secondaire fermée par un éboulement.

Plus loin se trouve des fronts de taille en 1, avec des renfoncements très bas de plafond qui partent dans la roche.

L'extrémité est bouchée par un autre éboulement.

à droite se trouve une galerie secondaire qu'on a emprunté (Photo B).
D'une forme grossièrement carré d'1m70 de côté, de mieux en mieux taillé régulièrement au fur et à mesure de l'avancée sur une bonne quarantaine de mètres.
Elle débouche sur un croisement, étant en hauteur d'environ 1m70 par rapport à la galerie en contrebas en 2 (photo C).
Cette galerie basse a un fond d'eau d'une vingtaine de centimètres environ. En continuant sur une quarantaine de mètres et un coude à gauche elle se bouche par un éboulement.

Dans l'autre sens (photo D), à gauche part une galerie secondaire de taille qui ne va pas très loin.
à droite la galerie se poursuit un moment avec de gros éboulis sur le côté gauche.

Elle débouche étrangement en 3 brutalement sur un mur métallique.
Celui-ci n'est pas de la même époque mais plus récent, comme si ça avait été construit en faisant fi de la mine et tranchant au travers.
Le métal est solide et n'a même pas été entamé avec un coup de pioche.

Les échantillons de roches emportés ont montré une contenance correct en Fer, Aluminium, Cuivre et Zinc.

Les galeries en elles même peuvent être dangereuses et il vaudrai mieux éviter de creuser à partir de là. Mais en creuser de nouvelles dans le secteur pourrai être intéressant.

Photo A:


Photo B:


Photo C:


Photo D:
Azraelle
Gamine sous "biatch" influence

En ce soir du 04 Junar 2456, une nouvelle expédition menée par le CERE a été menée, dirigée et organisée par Ordrell.



L’équipe réduite composé de 4 personnes était composé de Vilmar, Nayyko, Azraelle et Ordrell lui-même.

Le départ a eu lieu en fin journée à la tombée de la nuit, sur les coups de 21h. Aidé du monte charge, le petit groupe a pu atteindre le fond du gouffre du quartier de la mine rapidement et simplement.
Seul Vilmar était armé dans le petit groupe, prenant d’office la tête de la marche, suivi des autres lourdement chargé par une mal pleine d’étais, nécessaire au renforcement de la galerie pour prévenir des effondrements.

Le début de la descente se fait sans encombre. Si le sol encombré d’anciens étais de bois à moitié pourri ralentit la marche, le tunnel est assez haut et large pour marcher debout côte à côte.
Il fut pourtant nécessaire de renforcer la galerie à un moment donné pour palier aux risque d’effondrement lié à de nombreuses fissure dans les parois. Ce fut Ordrell, Nayyko et Azraelle qui s’en chargèrent. L’opération se fait sans encombre, à ceci prêt que la fébrilité de la jeune fille qui faisait sa toute première expérience de la sorte ne fut pas des plus efficaces.

Une fois le premier renfort posé, la descente pu reprendre. A interval régulier, des renfoncements sur les côtés étaient visible dans les parois du tunnel. Difficile de bien savoir à quoi ils servaient.
La marche fut relativement de courte durée parce qu’un éboulement se présenta rapidement pour leur boucher le passage. Vilmar pu cependant rapidement découvrir descendant sur la droit un tunnel un peu plus bas et étroit qui descendait en pente douce.

Après la pose d’un nouveau soutien de la galerie, la descente a pu reprendre

Vilmar toujours en tête, Azraelle suivait de près, baissé pour soutenir la lourde malle à l’avant.
Plus lentement mais toujours surement, la descente a pu reprendre…
Au fur et à mesure que le corridor s’élargissait, la descente fut plus facile.

Mais au bout de ce couloir droit en pente douce, un à-pic arrête brutalement la marche.
Pas bien haut, mais suffisant pour rendre une chute dangereuse. A la lueur d’une lampe torche, ils purent distinguer une étendu d’eau recouvrir le sol de la galerie située en dessous.
Faute de pouvoir la descendre, la caisse d’étais a été abandonnée à cet endroit là. Vilmar descendis prudemment le premier pour sonder la profondeur de l’eau situé au niveau d’en dessous.
Lui arrivant à mi-genoux, il donne le feu vert. Azraelle fut le seconde, assurée dans sa descente par Vilmar. Nayyko et Ordrell on suivit derrière.

Deux choix se sont offert aux 4 explorateurs : D’un côté une voie simple, de l’autre un passage qui se sépare en deux et semblant plus difficile et caillouteux, rendant la possibilité d’un cul sac par éboulement plus probable.

Après concertation, ils prirent la direction du couloir simple. Si la progression se retrouve ralentie par l’eau et si on peut déplorer une Azraelle mouillée à cause d’une malencontreuse chute, ils finissent par arriver dans un cul de sac. Le lieu ne présentant pas spécialement d’issu visible. Il n’a pas été possible de tenter de creuser pour déblayer, les fissures menaçant d’un effondrement étant trop prononcé, principalement au niveau du plafond.

Face à l’évidence, le groupe fit demi-tour se dirigeant vers l’autre partie du tunnel. En s’approchant de la bifurcation, il apparaît très vite que le passage de gauche est bouché par un éboulement. L’évidence amène donc le petit groupe sur le chemin de droite, Vilmar toujours en tête, suivi de Nayyko, Azraelle puis Ordrell.

Après quelques minutes de marche, un obstacle fini de leurs barrer la route. Mais pas un obstacle habituel ou attendu tel qu’un éboulement, un rocher ou gouffre. Mais un mur de métal lisse, semblant sortir de nul par.
Un rapide examen de la structure ne laisse apparaître aucune porte, mais également qu’il n’est pas naturel. Malgré des tentatives en force de Vilmar, rien ne laisse entrevoir une possibilité d’ouvrir une brèche, de savoir son épaisseur ni même ce qu’il peut y avoir derrière.

Force est de constater que l’expédition était arrivée à son terme.
Faisant demi-tour, se guidant des nombreuses marques de charbons que Ordrell avait prit soin de laisser à l’aller pour les guider, le groupe entreprend le chemin de retour pour ressortir à la lueur de la lune.

Bilan : des échantillons de minerai ont été récupéré et une découverte étrange mise à jour demandant des études approfondies.


Répondre


Répondre Up